La réalité virtuelle approche à grands pas et certains éditeurs l’ont bien compris. Psytec Games en fait partie et donne un accès anticipé grâce à une simple démo. Le jeu est toujours prévu avec la sortie de l’Oculus Rift en mars, pour les chanceux qui l’ont pré-commandé avant les autres. Wildlands est donc là pour nous montrer ce que vaut un titre complètement construit autour du monde de la VR. Un jeu de plateforme tout mignon mais qui va vous donner le vertige. Accrochez-vous bien à vos manettes et ne regardez surtout pas en bas !

maxresdefault

Jusqu’ici, je n’ai eu l’occasion que de tester de simples démos techniques ou des jeux qui se sont adaptés à la VR mais jamais un vrai titre conçu et étudié pour. J’étais donc plutôt curieux et en même temps excité par un jeu qui semble enfin chercher à exploiter cette technologie. Le casque enfilé, on se retrouve dans un monde imaginaire. Tout est très vert, le soleil brille et la patte graphique rappelle un certain Mario 64. Les contrôles sont simples, plus on avance, plus notre personnage se déplace vite. On peut sauter ainsi que faire des sauts appuyés pour aller toujours plus haut entre deux murs. Après quelques minutes, on reçoit deux grappins qui se lancent avec les gâchettes de notre manette. Ces derniers ne sont utilisables que sur le feuillage des arbres. Fini Mario et bonjour Spider-Man: le jeu vous fait prendre de la hauteur. On se prend finalement pour Tarzan qui se balance de liane en liane. Heureusement, les points de sauvegardes sont nombreux, chaque chute ne vous fera donc pas recommencer le niveau, le but étant tout de même de faire les parcours le plus rapidement possible. Pour ce qui est de l’assistance au casque, les développeurs ont pensé à des petites aides plutôt bienvenues : une caméra crantée et un viseur virtuel. Notre personnage ne tourne plus au moindre mouvement mais par saccade d’une vingtaine de degrés à la fois, au revoir les malaises visuels. Ceux qui ont pu s’essayer à un Half Life 2 en VR savent de quoi je parle et se souviennent encore certainement de leur longue nausée.

Voilà donc certainement le jeu qui m’a le plus fait sensation en VR. Le ressenti est indescriptible et y jouer sur un écran normal ne vous donnera malheureusement pas les mêmes sensations. On sent notre corps exister et on utilise surtout notre vision pour avancer. Un jeu qui sort du lot et dont la rejouabilité est appréciable. Dans son ensemble, Windlands est joli, immersif, doux, mais a quand même sa part de difficulté même une fois les mouvements maîtrisés. Maintenant tout ce que l’on veut, c’est un casque de meilleure qualité puisque la résolution de l’image du DK2 commence à se faire vieille. Il faudra également des contrôleurs pour nous donner une liberté complète. En attendant tout ça, si vous possédez déjà un casque VR, sautez dessus, c’est une très belle expérience qui s’offre à vous.