On y pensait depuis longtemps et Nintendo l’a enfin fait. Super Mario Maker est un jeu Mario classique qui laisse le soin aux joueurs de créer des niveaux et de les partager sur internet. Nous savons tous que Nintendo fait de bons jeux solo, tout le défi pour l’éditeur japonais était de bien réussir la plateforme pour publier et télécharger les niveaux, un défi de taille au vu de ses précédents efforts sur ce front.

Fun et Nostalgie

Dès les premières secondes du jeu, on comprend la puissance d’un jeu Mario, pour le peu qu’on ait joué à ses titres depuis notre enfance. De la musique à la structure du tutoriel, tout est fait pour taper dans notre fibre nostalgique. Difficile donc de ne pas continuer.

gaming-mario-maker-screenshot-2

La création de niveau est simple, trop simple peut-être. On remplit une grille avec différents éléments que l’on a trouvé dans les titres Mario 2D des 30 dernières années, une bonne soixantaine au total. La variété de niveaux avec ce système est bien moins impressionnante que ce que l’on avait dans Little Big Planet par exemple. Par contre, la simplicité de l’éditeur ouvre les portes à la création de niveaux à toute les personnes possédant le jeu. C’est sur ce point que la réussite de Nintendo est indéniable; la création de niveau n’est pas un supplément du jeu, mais fait partie intégrante de l’expérience ludique. Explorer ses perspectives de game designer est aussi intéressant d’un point de vue académique qu’il est amusant de découvrir les différentes interactions entre les objets.

Le Partage

Disons-le simplement, Nintendo a créé une plateforme en ligne suffisante, mais elle n’est de loin pas bonne. Ma première expérience avec Super Mario Maker a été d’aller en ligne et d’essayer les niveaux les plus populaires, un processus extrêmement facile et efficace. C’est quand j’ai voulu jouer aux niveau d’un collègue de SemperLudo que les choses se sont compliquées. Je suis ami avec lui sur le MiiVerse, mais il n’y a aucun moyen de trouver ses créations dans l’interface du jeu. L’espoir est revenu quand j’ai remarqué que l’upload d’un niveau crée automatiquement un poste sur le MiiVerse. Je me suis donc rendu dans l’interface très maladroite du Twitter de Nintendo pour trouver les niveaux postés par SemperLudo. Les niveaux étaient bien là, accompagnés de screenshots et de leur code, mais appuyer dessus ne fait rien, on peut seulement recopier le code pour l’entrer dans le jeu. Et bien sûr le copié-collé n’existe pas. Pour pallier à ce défaut, Nintendo a inclus l’option qui permet de suivre un « créateur », une solution qui fonctionne mais qui n’est franchement pas efficace.

Ceci n’est peut-être dû qu’au petit nombre de joueurs à l’heure de l’écriture de ce test, mais pour l’instant, tout niveau mis en ligne a des joueurs pour l’essayer, un feedback rapide et intéressant à observer. Comme ces données ne sont disponibles nulle part ailleurs que sur la WiiU, j’ai développé l’habitude d’allumer ma console immédiatement en rentrant du boulot pour vérifier le feedback des joueurs sur mes niveaux; je n’ai jamais autant utilisé ma WiiU.

mario-maker_020

Pure Plateforme

Jouer à des niveaux choisis un à un dans l’interface en ligne présente un défaut majeur: il n’y a pas de continuité à travers les niveaux. Dans un Mario classique il faut faire attention à conserver ses vies tout en essayant d’en amasser un maximum avant d’arriver aux stages les plus difficiles. Dans Super Mario Maker le joueur a une infinité de vies et en récupérer ne lui sert à rien, détruisant par l’occasion l’intérêt qu’offrait l’exploration de niveaux. Tout l’intérêt de jouer à des niveaux repose maintenant entièrement sur le plaisir de sauter de plateformes en plateformes.

Super Mario Maker propose d’appliquer la physique et l’esthétique de 4 grands Mario 2D à ses niveaux: Super Mario Bros, Super Mario Bros 3, Super Mario World et New Super Mario Bros U. Chacune de ces variantes est reproduite parfaitement et propose une expérience de platforming aussi fun que dans leur jeu respectif. Il n’en faut pas beaucoup pour s’amuser du coup; deux-trois plateformes, 5 goombas, quelques pièces pour produire des *DING* jouissifs et les sourires seront présents.

 

Pour un jeu connecté, Super Mario Maker propose une expérience particulièrement solitaire; l’interface en ligne sépare les amis et distribue des niveaux sans proposer les autres créations de l’auteur. L’action de jouer ne peut être qu’effectuée seule, c’est compréhensible pour la partie création, mais le manque de multijoueur sur la partie jeu de plateforme est ressenti plus durement. Malgré tout cela, l’expérience solo suffit pour porter le jeu. Une infinité de contenu Mario séparé entre 4 jeux, dont 3 capables de rendre nostalgique uniquement grâce à leur musique est une proposition alléchante, mais quand en plus le paquet propose un accès à un outil nous donnant l’aptitude de créer le niveau que l’on a toujours voulu voir, il faut avouer qu’il est difficile pour un fan de Mario de s’en priver.