Sorti juste avant que tous les gros jeux de la fin de l’année ne commencent à frapper, Steamworld Dig 2 n’est pas seulement idéal pour passer le temps, il est aussi un excellent jeu.

Comme l’indique le titre, la boucle de gameplay de base de Steamworld Dig 2 tourne autour de l’action de creuser. On creuse pour trouver des pierres précieuses et échanger celles-ci contre de l’argent qui permet, en retour, d’améliorer sa capacité à creuser. Cette boucle rudimentaire fonctionnait déjà bien dans des jeux tels que Dig Dug ou Motherload mais la relative complexité du jeu d’Image & Form, avec l’ajout de phases de plateforme et de combat, permet d’avoir une progression bien plus satisfaisante.

L’acte de creuser n’est que la fondation sur laquelle est construite la vraie expérience puisqu’il s’agit surtout d’un jeu de plateforme et d’exploration. Au fur et à mesure de la progression, on débloquera de nouveaux pouvoirs qui permettront d’atteindre de nouvelles zones et de nouveaux défis. Le carte est parsemée de donjons obligatoires ou optionnels qui offrent des défis plus focalisés en dehors de la carte principale avec, parfois, des énigmes compliquées et d’autres fois des phases de plateforme exigeantes. À eux seuls, les donjons sont déjà amusants, poussant le joueur à anticiper l’action et à se servir de manière créative de ses capacités, mais ils proposent tous, aussi, des secrets cachés qui exigent une minutie et une attention particulière. En plus d’offrir une récompense souvent considérable, les secrets de Steamworld Dig 2 sont simplement gratifiants à trouver.

Comme dans le premier opus, le début du jeu n’est pas structuré et donne l’impression de jouer dans un monde généré aléatoirement. Malgré quelques zones bien cachées dès le départ, cette impression réside un peu plus longtemps avant de laisser gentiment place à la réalisation que Steamworld Dig 2 est magistralement designé et que rien n’a été laissé au hasard. La sensation prédominante de Steamworld Dig 2 est celle de progression. Dans des jeux à progression similaire, on a souvent l’impression de se heurter à un mur à partir duquel nos efforts ne sont plus récompensés. Ce n’est jamais le cas ici, il y a toujours une amélioration d’équipement à effectuer ou une nouvelle habileté à atteindre. Cet équilibre va de paire avec la densité et la richesse des minéraux récoltés selon l’avancement dans la quête principale.

S’il restait des sceptiques sur la qualité des titres d’Image & Form suite à Steamworld Heist et au premier volet de Dig, le studio suédois met fin aux doutes avec ce dernier jeu qui, comme ses prédécesseurs  est simplement amusant. Steamworld Dig 2 est fondé sur une boucle de gameplay addictive et insère au cours de l’aventure des défis intéressants à relever qui poussent à vouloir l’explorer davantage. Une formule qui marche et qui ne perd pas de son attrait jusqu’à la fin.