Il existe des licences un peu à part, de celles qui n’essaient pas de trop en faire, qui n’exagèrent rien et qui, presque de manière miraculeuse, restent sincères à un credo depuis des années. De ces rares licences, voici peut-être celle qui a su incarner depuis 2002 un esprit d’aventure festif, coloré et doté d’un gameplay séduisant: Ratchet et Clank. Toujours développé par Insomniac Games, Ratchet et Clank s’offre un premier épisode sur Playstation 4 qui a tout du reboot. 

ratchet-and-clank-screen-18-ps4-eu-11jan16

En fait, c’est complètement un reboot. Il ne s’agit pas vraiment de cacher tout ça mais cet opus, sobrement intitulé Ratchet et Clank, raconte à nouveau la rencontre entre ce petit être poilu et ce robot sérieux. Si les raisons sont nombreuses de vouloir faire un reboot, celles qui se cachent derrière ce Ratchet et Clank sont un peu plus particulières. Afin d’accompagner sa sortie, un film a été produit sur la base du jeu (ou l’inverse). On se perd donc au moment où il faut comprendre les origines de ces deux produits: le jeu est inspiré du film lui-même inspiré du premier jeu sorti en 2002 sur PS2. De quoi rendre tout ça confus.

ratchet-and-clank-screen-16-ps4-eu-11jan16

Comme nous n’avons pas vu le film, notre jugement s’arrêtera sur le jeu. Cette version 2016 de Ratchet et Clank est un pur régal. Charmant, magnifique, beau à tomber, plaisant à prendre en main et surtout loin de toutes ces productions qui en font trop, il possède dans son ADN de quoi toucher la petite fibre du joueur console du début du siècle. Le principe reste le même, il suffit de sauter de plateformes en plateformes, résoudre des énigmes et tirer sur des monstres rigolo à coup d’armes plus drôles les unes des autres. Un petit bonheur qui dure une bonne dizaine d’heures. On ne s’ennuie donc jamais à parcourir les niveaux et à découvrir de sublimes environnements. Ce d’autant qu’Insomniac Games a su parfaitement rythmer son jeu en proposant quelques séquences différentes, comme celle de la bataille aérienne mettant aux prises Ratchet et Clank dans un vaisseau de combat. Une phase aérienne plaisante à jouer bien qu’un peu courte.

ratchet-and-clank-screen-14-ps4-eu-12jun15

Mais ce qu’on retiendra en premier, c’est la qualité du gameplay. Tout est fait pour offrir au joueur un bon moment. Contrôler ces deux personnages est un vrai régal tout simplement parce que la mécanique derrière est simple et extrêmement bien travaillée. On sent toute l’expérience du studio Insomniac Games qui a su trouver le parfait alliage entre vieux plateformer et jeux vidéo modernes. Les armes se débloquent petit à petit et permettent de réaliser des combos dévastateurs si l’enchaînement est bien réalisé, ce d’autant qu’elles sont toutes plaisantes à prendre en main et offrent des situations complètement débiles mais très rigolotes à voir à l’écran (on pense notamment au groovitron, qui fait danser les ennemis). Il est toujours possible de les améliorer afin de les rendre plus puissantes au fil du temps, permettant de dépenser ses ressources, boulons et raritarium, durement glanées.

Outre différents mondes et environnements à explorer, ce Ratchet et Clank séduit parce qu’il propose un level design taillé aux petits oignons. Il n’est ainsi pas rare de revenir sur un monde déjà visité afin de débloquer toute une partie encore inexplorée simplement parce que Ratchet a reçu une capacité supplémentaire. On se prend au jeu de tout récolter et de chercher les moindres secrets, un pari réussi pour Insomniac qui remet au goût du jour cette irrépréhensible envie de tout posséder. Un retour en arrière gagnant.

Ratchet et Clank version PS4 est un excellent jeu, plaisant à prendre en main et sublime graphiquement. Il a de quoi faire décoller quelques rétines tant il offre un panel de couleurs chatoyantes et magnifiques. Finalement, son seul point faible concerne son scénario, bloqué par celui du film puisque le jeu est censé raconter ce qu’il se passe dans le film. On passe donc de cinématiques réalisées grâce au moteur du jeu à des passages du film d’animation. Bien que tout cela le rende confus, cela reste tout de même un très bon jeu, bourré d’humour et rafraîchissant.