Nintendo ne fait pas de conférence à la Gamescom. La Wii U n’est pas en très bonne posture chez les éditeurs tiers et les jeux de plateformes n’ont plus vraiment la cote. Nintendo a pourtant réussi le pari de renverser une situation délicate lors de l’E3 avec un Nintendo Direct solide, décalé et pensé pour les joueurs. Nous avons eu la possibilité, durant une heure, de tester manette en main quatre titres qui rendent attractifs la Wii U. Et même si cette dernière ne bénéficiera peut-être plus de gros jeux “hardcore”, la gamme Nintendo se suffit à elle-même. Petit aperçu de ces titres qui vont vous faire craquer et qui nous ont fait oublier, l’espace d’un instant, que nous étions à la Gamescom.

Kirby and The Rainbow Curse

Vous le vouliez, Nintendo l’a fait. Enfin, un jeu sur Wii U qui prend en compte l’utilisation du Gamepad. Oui, mesdames, messieurs, enfin.  ‘Kirby and The Rainbow Curse’ est un jeu bizarre. Ici, pas de bouton pour sauter ou avancer, Kirby se déplace automatiquement. Vous allez me dire que c’est encore un truc pour les gamins et que ce sera super simple. Détrompez-vous, ce Kirby nous a donné du fil à retordre. Si Kirby avance seul, le joueur n’est pas en reste. Plongé sur l’écran du Gamepad, il doit tirer des traits avec son stylet afin de créer des arcs-en-ciel qui modifieront la direction de Kirby. D’une simplicité enfantine dans le concept mais plus difficile lorsqu’il s’agit de créer tout un tas d’arcs-en-ciel pour dégoter tous les secrets de ce Kirby, cette nouvelle manière de jouer démontre encore une fois toute l’ingéniosité des développeurs nippons. Il est également impossible de revenir en arrière, Kirby continuera d’avancer malgré vos erreurs, ce qui oblige le joueur a une exécution parfaite avec son stylet.

Si le jeu se passe exclusivement sur l’écran du Gamepad, il est tout à fait possible et recommandé de faire de la coop passive avec un autre joueur. Ce dernier ne peut strictement rien faire mais a la possibilité d’indiquer des cachettes et trésors en regardant le jeu se dérouler sur la télévision du salon. Un exemple type de ce que Nintendo tente de réaliser ces dernières années: un joueur aux manettes et un deuxième qui regarde et s’occupe de la “stratégie” d’approche. ‘Kirby and The Rainbow Curse’ bénéficie également d’une patte graphique qui fait du bien aux yeux. C’est beau, c’est tout en pâte à modeler et c’est coloré. On est loin des gris ternes qui jalonnent tous les gros titres AAA. Là, il y de l’amour et des arcs-en-ciel. Dieu que ça fait du bien!

 


Yoshi’s Woolly World

Encore un jeu super mignon. ‘Yoshi’s Woolly World’ est un jeu de plateforme en laine qui a le mérite de proposer un gameplay relativement innovant. Si le principe de base reste identique à un Mario, Yoshi a la possibilité de jouer avec les éléments du décors. Il peut avaler ses adversaires pour en sortir des boules de laines qu’il traîne derrière lui. Elles pourront l’aider à avancer dans le niveau en débloquant des passages. Certains nuages de laine devront être activés de cette manière afin de créer une plante géante qui transportera Yoshi ailleurs. Le concept est de nouveau extrêmement simple. Mais “simple” ne veut pas dire facile ou rapide. Au contraire, ‘Yoshi’s Woolly World’ bénéficie d’un traitement exemplaire en matière de level-design: il existe différent passages, des niveaux cachés, des trésors etc. Les mondes sont variés et le truc qui nous a frappé en y jouant, c’est qu’aucune partie n’est identique. On peut toujours faire autre chose et découvrir un secret.

Mais ‘Yoshi’s Woolly World’ n’est pas qu’une simple aventure solitaire. Il est également possible d’y jouer à deux, amenant alors un aspect coopératif fun et équilibré. Si un joueur peut avaler son coéquipier, c’est pour mieux le lancer sur telle plateforme afin de créer un passage. Bon, il est toujours possible de faire quelques fameux “coups de pute” mais dans l’ensemble, la coopération est bien foutue. Le gameplay est léché et solide et graphiquement tout est super bien travaillé. On a presque envie de se laisser dorloter par les décors laineux. Une petite pépite de la Wii U prévue pour 2015.


Captain Toad: Treasure Tracker

A l’inverse des jeux que nous avons pu jouer, ce ‘Captain Toad: Treasure Tracker’ n’est pas un véritable jeu de plateforme. Il lorgne plus du côté du jeu d’aventure. L’idée étant d’incarner Toad à la recherche de trésors. Chaque level est un casse-tête; jouant sur la 3D et l’utilisation intelligente de la caméra (un peu à la FEZ), Captain Toad sait varier les situations. Entre course-poursuite, boss (un gros dragon qui envoie des boules de feu à éviter en se cachant) et gestion du Gamepad, tous les feux sont au vert pour ce jeu de plateforme/aventure. Nous avons pu faire un niveau où le Gamepad était à l’honneur. Il s’agissait de diriger la vision de Toad alors passée en première personne sur l’écran du Gamepad. Les fonctions gyroscopiques étaient encore un peu rigides, mais au moins la manette de Nintendo était utilisée à bon escient.

‘Captain Toad: Treasure Tracker’ proposera un challenge tant pour les grands que les petits. Jouable également en mode coopération passive comme j’aime à l’appeler, il permettra de réunir plusieurs générations devant la télévision. Des tonnes de trésors cachés, des mondes variés et un level-design aux petits oignons font de ce Captain Toad un jeu qui donne véritablement envie d’avoir une Wii U. Nous avons hâte d’en voir plus.


Splatoon

Nous avons mis la main sur le prochain Super Smash Bros mais il est difficile de donner un avis sur une seule partie. C’est donc la raison pour laquelle nous n’écrirons pas à son propos. Par contre, nous avons pu tester le jeu qui a enthousiasmé l’E3 cet été, ‘Splatoon‘ ! Ce shooter mêle stratégie, bordel et peinture et est génial. Nous avons fait deux parties et en un rien de temps, nous étions dedans, armés de nos pistolets à peinture, prêts à tout pour nos couleurs. ‘Splatoon‘, c’est l’efficacité à l’état pur, ce que Titanfall n’avait pas réussi à faire au final. On y ressort avec le sourire aux lèvres et l’envie de refaire une partie. Le but consiste à étaler de la peinture sur le plus de surface possible. La peinture de notre équipe permet au poulpe que nous jouons de se déplacer en mode “camouflage”, c’est-à-dire comme s’il nageait et était invisible. Mais pris dans la peinture adverse, le poulpe est ralenti et est facilement attaquable par l’ennemi.

Simple, fun et diablement prenant, ‘Splatoon’ a tout pour réjouir une bande d’amis devant la télévision. C’est d’ailleurs le constat de tous les jeux Nintendo auxquels nous avons joué. Ils ont tous cette possibilité d’être partagés avec les amis et c’est une bonne chose ! ‘Splatoon’ en met plein les yeux avec sa peinture et sa couleur, un truc rarement vu dans un jeu de tir. Prévu pour 2015, la Wii U se dote enfin d’un shooter sympathique et agréable. Un excellent point pour la console de Nintendo.