hellraid_screenshot04

A la Gamescom, il arrive régulièrement de patienter avant un rendez-vous dans un tout petit salon avec un canapé deux places et cinq journalistes. Il s’en suit souvent quelques déplacements malencontreux et des excuses timides qui suivent ces situations cocasses. Heureusement, il ne m’est pas arrivé de m’asseoir sur les jambes d’un collègue finlandais alors que nous nous précipitions tous les deux sur la seule place disponible. Non. Parce que j’étais chez Techland pour voir Hellraid et, heureusement, nous n’étions que deux journalistes. Un rendez-vous polonais accompagné de biscuits et d’un café pour bien lancer une dernière journée à la Gamescom.

Hellraid est un RPG qui à première vue ressemble à Skyrim en un peu moins impressionnant. Mais les mécaniques sont différentes. Le jeu développé par Techland apparaît plus comme un hack’n’slash à la première personne, un concept tout à fait particuliers qui pourrait soit en faire un bon jeu, soit une enième bouze tapissant le fond des pages 90-100 de Steam. Mais tâchons de rester objectif avec ce titre qui ne cherche pas à dominer le genre ou à révolutionner quoique ce soit mais bien à offrir un jeu de rôle sympa à plusieurs. Et oui, pourquoi se priver d’un mode coop dans un hack’n’slash? Il sera donc possible de vivre l’aventure Hellraid à plusieurs (2-4 joueurs), ce que nous n’avons pas pu voir, malheureusement.

Par contre, les développeurs ont insisté sur plusieurs points. Tout d’abord, l’arbre de talents se construit selon vos choix et est customisable. On ne joue pas un mage, un guerrier ou un voleur. Il n’y a pas de classe définie, simplement des choix de gameplay à effectuer pour personnaliser son style de jeu. L’autre grand point fort de Hellraid est qu’il s’agit d’un hack’n’slash à la première personne, ce qui rend les combats différents et plus compliqués. Notre personnage a la possibilité d’esquiver (grâce à un dash), d’attaquer et de parer. Chaque arme possède deux attaques et les combats promettent d’etre assez durs puisque l’IA s’adapte aux mouvement des joueurs. Mais après avoir vu 30 minutes de combats, le sentiment qui ressort de cette démonstration est assez négatif. En effet, Hellraid, malgré quelques panoramas sublimes et une ambiance travaillée, apparaît comme très répétitif, même dans les combats.

Prévu sur PC, PS4 et Xbox One en 2015, Hellraid sera le petit jeu qui fait patienter avant un gros titre. Le prochain RPG du studio polonais n’a pas véritablement d’arguments de vente, si ce n’est un système entre le RPG et le hack’n’slash. Un jeu dont on n’attend pas grand chose mais qui pourrait être efficace si le prix n’est pas trop élevé.