Au départ, il y a l’idée. Puis sa concrétisation. Et si [insérer divinité de votre choix ici] le veut, la réalisation est à la hauteur de l’imagination initiale. La Pologne devient depuis quelques années un véritable berceau à idées en matière de jeux vidéo. Les exemples de The Riftbreaker et Crossroads Inn, nous montrent les étapes intermédiaires, lorsque le doute plane toujours et qu’on ne peut pas encore certifier qu’un jeu est bon.

Nigdy się nie poddasz, nigdy cię nie zawiedziesz, nigdy nie uciekniesz i cię nie opuścisz”, ce qui en polonais veut dire « Bonjour, bienvenu sur mon stand, je vais vous présenter mon jeu qui est un RTS-survival-tower defense-rogue like, avec des robots. Ah, par contre, notre responsable presse n’est pas là, alors je vais essayer de vous raconter le concept. Je m’appelle Marek* et je m’occupe de l’IA ».

Il était question d’idée, ici, l’équipe derrière ce projet en a eu plein. Trop peut-être ? Pas si sûr. La séquence de gameplay que j’avais sous les yeux montrait un gros robot explorant une planète cristalline, récoltant des ressources, aménageant sa base et préparant sa défense avant la prochaine attaque de bestiole baveuse. Celles-ci attaquent par vague régulièrement et mieux avoir sécurisé les coins les plus fragiles avec tourelles et pièges en tout genre. En cas de débordement, le robot devient machine de guerre et le joueur peut affronter lui-même les hordes déferlantes.

Marek a évoqué Starcraft en parlant de ces créatures dont il est particulièrement fier. Il peut l’être vu la façon dont elles se comportent en attaquant de manière coordonnée. Pour lui, ces phases de défenses doivent rappeler au joueur la scène de Starship Troopers, dans laquelle un bataillon de marines tente désespérément de défendre un fort à l’abandon, alors que les carcasses des aliens s’entassent au pied des murailles.

Un mode scénario proposera comme objectif au joueur de construire un portail qui doit permettre au personnage de rentrer sur Terre. Tandis que le mode survie imposera simplement de rester en vie le plus longtemps possible. Pour le moment, le tout est prévu en solo, mais des possibilités multijoueurs pourraient être implémentées par la suite.

Parmi les mécaniques intéressantes, j’ai d’ailleurs relevé aussi que Riftbreaker sera compatible pour une interaction en jeu des spectateurs sur Mixer et Twitch. Comprenez que si un joueur diffuse sa partie en direct, les gens qui le suivent pourront voter pour lui accorder des ressources supplémentaires, ou au contraire, déclencher des événements à gérer.

Trop audacieux les Polonais ? Il leur reste une année et demie pour parfaire leur jeu. S’il leur assiduité au travail se rapporte au sourire de Marek quand il improvise une présentation de son jeu , je leur accorde volontiers le bénéfice du doute.

*prénom fictif, certainement