La Gamescom est toujours l’occasion pour les éditeurs de nous en mettre plein les yeux avec des explosions et des scènes d’actions illisibles d’intensité. C’est stimulant et excitant, mais ça fatigue à force. C’est pourquoi je prends toujours le temps d’aller me reposer un coup chez Kasedo Games, le label indé de Kalypso. Alors que d’habitude je découvre une suite de jeux de gestion et de stratégie plutôt intéressants dans l’ambiance relaxée de leur petit coin de stand, cette année l’éditeur a décidé de se frotter à un nouveau genre avec Filament, un jeu de puzzle narratif respectant minutieusement le ton de leur stand et tout à fait le jeu dont j’avais besoin. Chill, mais ingénieux.

Dans Filament, on explore une station spatiale abandonnée à la recherche de ce qui a bien pu s’y passer. Accompagné uniquement par la voix de la seule personne restée à bord, on y découvre, en pleine solitude, les salles abandonnées d’une communauté disparue. La progression s’y fait en résolvant des séries de puzzles qui débloquent des nouvelles conversations avec la voix off. Difficile de dire si l’intrigue de Filament sera à la hauteur, mais en me basant sur la qualité de la bande annonce, je reste assez optimiste.

La quasi-entièreté du vaisseau est accessible dès le début et c’est au joueur de sélectionner l’ordre dans lequel il veut relever les différents défis. J’espère retrouver des accents de The Witness où certains puzzles informent le joueur sur comment en résoudre d’autres. C’est ce que m’a affirmé le présentateur, mais je ne suis pas sûr qu’il ait tout à fait compris ma question. Le côté narratif aurait aussi l’avantage de corriger le plus gros problème du jeu de Jonathan Blow en amenant un objectif ultime à la résolution de tous ces puzzles.

Les puzzles se résolvent dans un tableau différent, dans lequel on contrôle un petit robot qui traîne derrière lui un filament. Le but est de relier des colonnes sans que le fil ne se croise. Les premiers problèmes sont faciles à démêler, mais de nouvelles mécaniques viennent rapidement s’ajouter et s’additionner pour nous compliquer la tâche. De ce que nous avons pu voir, sans forcément agrandir exponentiellement les salles d’énigmes, la difficulté a sensiblement pu grimper au point de donner du fil à retordre au stagiaire de chez Semper Ludo. Et il est Docteur, le bougre!

Flottant dans l’espace entre Firewatch et The Witness, Filament est plein de promesses et même dans le cas où il n’en tiendrait qu’une partie, on aura au moins eu un jeu original.