A la Gamescom, les journalistes sont souvent entassés dans de petites salles les uns sur les autres face à un écran. De quoi se sentir comme une sardine entre deux Allemands bedonnants. Heureusement, et qu’Odin m’en soit témoin, il y a parfois des rendez-vous privés. Direction le stand Shiro Games, chez qui nous avons passé une bonne heure à la découverte de Northgard Conquest et Darksburg.

Northgard Conquest

Jeu de stratégie basé sur la mythologie nordique, Northgard s’est taillé une jolie réputation depuis sa sortie sur Steam. En choisissant un clan ayant une particularité (attaque, défense ou économie) et en tentant de remporter la bataille de différentes manières (par l’économie, le savoir ou la force militaire), Northgard propose un challenge relevé aux joueurs. Avec Northgard Conquest, la troisième grosse mise-à-jour gratuite, les choses ne vont pas se faciliter. Conquest propose un nouveau mode de jeu et fait fi du passé pour mieux se concentrer sur les missions. 3 missions principales et environ 8 mineures viennent compléter cette campagne qui nécessitera de revoir en profondeur ses stratégies développées précédemment. Les objectifs sont adaptés en fonction des clans et varient ainsi le plaisir de jeu. Ce nouveau mode est par contre pensé pour la coopération vu ce qu’il promet en termes de difficulté. Comptez également une centaine d’heures de contenu à tout cela. Bref, de quoi se relancer joyeusement dans Northgard si vous êtes un fervent stratège.

Outre cette mise-à-jour, Shiro Games développe une version switch prévue pour septembre prochain en téléchargement d’abord et en boite ensuite. Un système ingénieux de roue de menu remplace ici les déplacements de la souris, ce qui permet de profiter de certains raccourcis et ainsi s’éviter de devoir tout gérer aux joysticks. Dans la même veine, un jeu de plateau basé sur Northgard devrait gentiment faire son apparition afin d’étoffer l’offre déjà complète de Shiro Games.

Darksburg

En passant dans la petite salle d’à côté, me voilà devant un PC prêt à découvrir clavier-souris en main Darksburg. Accompagné durant une bonne trentaine de minutes par une développeuse, nous formons une belle équipe pour plonger dans ce hack’n’slash survival infesté de revenants. 4 personnages sont à disposition pour l’instant : un loup tank qui ressemble à un worgen de WoW, une chasseuse à l’arbalète qui ressemble à Valla de Diablo, une sorte de spécialiste au corps à corps et un tavernier. Pour le coup, je joue ce dernier, à savoir une sorte de tank-support qui lance de la soupe sur ses alliés pour les soigner momentanément. Ça me parle bien ça, lancer de la soupe sur les autres. La préparation étant faite, la bataille peut commencer. Notre petit groupe évolue dans une ville médiévale et doit tenter d’en sortir. Pour se faire, il faudra traverser des hordes de revenants placés sur notre chemin. Les zombies ne sont pas très dangereux mais en nombre, ils forment une masse qui nous ralentit relativement difficilement. De temps à autre, un revenant plus fort fait son apparition mais la stratégie du « on bourrine et on pose des questions après » semble bien fonctionner. Le boss final ainsi que les dernières vagues finissent par avoir notre peau. Si les compétences au nombre de trois, et une capacité spéciale, permettent globalement de se sortir de n’importe quelle situation, il aurait été intéressant de construire son personnage selon certaines compétences parmi un choix conséquent. Malheureusement, ce n’est pas encore le cas.

Après cette session PvE, on me propose de tester rapidement le PvP. Même principe : du 4vs4. Une équipe de héros d’un côté, et une équipe de revenants de l’autre, décidée à tout faire pour entraver la progression des héros. Dans l’idée, il y a de quoi faire, dans la réalisation par contre, on est encore assez loin d’un résultat satisfaisant. Néanmoins, le feeling est intéressant, bien qu’un peu mou encore. Ce qui frappe surtout, c’est l’aspect Diablo-like sans le loot. Même certaines textures ressemblent furieusement au jeu de Blizzard. Attention, je ne dis pas ici qu’il s’agit d’une mauvaise chose. Au contraire, cela montre assez naturellement l’influence d’un tel titre dans l’esprit des développeurs, même inconsciemment. Actuellement en développement, une phase en early access devrait venir se greffer sur steam d’ici début 2020. Pour les amateurs du genre et disposant de petits copains avec qui jouer de temps à autre, Darksburg pourrait s’avérer être une bonne surprise.