Grande star de cette édition 2017 de la Gamescom, Mario Odyssey s’est adjugé le prix du meilleur jeu du salon allemand (ainsi que la récompense du jeu des consommateurs, meilleur jeu d’action, meilleur jeu familial et meilleur jeu Switch). Une récompense implacable qui montre, encore une fois, que l’industrie du jeu vidéo ne laisse que peu de place aux surprises. Enfin bon, là on parle de Mario, difficile de concurrencer le prochain jeu de Nintendo, tant sur le fond que sur la forme Mario Odyssey s’apparente déjà comme un incroyable jeu de plateforme.

Une heure chez Nintendo pour tester Mario + Rabbids: Kingdom Battle et surtout se faire un avis sur Mario Odyssey. En ce qui concerne le premier, la petite pépite d’Ubisoft sort le 29 août, autant vous dire qu’on attendra d’avoir la version finale entre les mains pour le juger correctement. Mais de ce que nous avons pu voir, ce jeu de stratégie à la XCOM devrait exploser les charts sur Switch tant il nous est apparu comme très léché et respectant parfaitement le mixte entre les Lapins Crétins et Mario. On a hâte de s’y mettre et de ressortir nos Switch.

L’immense star du salon, c’était pourtant l’autre Mario, le “vrai”, celui que tout le monde attendait depuis l’annonce de la Switch, Mario Odyssey. La démo présentée ne comportait rien de nouveau par rapport à celle de l’E3, Nintendo préférant en dévoiler peu avant sa sortie le 27 octobre. On a donc finalement rien appris de plus que ce que nous connaissions déjà depuis l’E3. Les deux mondes testés correspondaient à la ville, City Kingdom, et au désert, Sand Kingdom. Le but consiste à récupérer des Power Moon qui vont nous permettre d’alimenter notre fusée et ainsi découvrir d’autres mondes. En dehors de ces considérations, l’autre intérêt concernait l’utilisation de Cappy, la casquette de Mario. Cette dernière prend vie et peut servir de plateforme afin d’accéder à des lieux difficiles pour Mario. Un bon sens du timing et de la précision est ainsi nécessaire dans le but d’exécuter parfaitement ce saut. Cappy peut également s’incarner dans d’autres personnages et ennemis et prendre possession de leurs corps l’espace d’un instant pour certains. Mario dispose alors des capacités du personnages en question et peut se déplacer en conséquence. Typiquement, il est possible de prendre possession d’un canon, Bill Ball, pour passer des zones de vide.

Dans l’ensemble, Mario Odyssey nous est rapidement apparu comme un de ces jeux vidéo hors du temps, qui nous emmène ailleurs, légèrement à contretemps du tempo de l’industrie et emprunt d’une doucereuse magie. Très beau et doté d’une prise en main extrêmement rapide, Mario Odyssey promet déjà des tonnes de secrets à découvrir et des mondes à explorer. On regrette simplement d’avoir joué aux démos de l’E3 et non à d’autres mondes, histoire de découvrir de nouvelles fonctionnalités. On sait que ces dernières sont là, quelque part, on aura juste voulu en découvrir un peu plus. Enfin, de toute façon, Mario Odyssey sera à n’en pas douter un de ces grands jeux de la fin de l’année et proposera une multitude de mécaniques comme le faisait Zelda: Breath of the Wild.

D’autres jeux étaient également présents chez Nintendo et, sans être mauvaise langue, rien ne nous a emballé. Metroid: Samus Return sur 3DS n’arrive en rien à la cheville de Metroid AM2R. Quant à Pokken Tournament DX, il s’agit d’un simple et pauvre portage de la version WiiU à laquelle cinq combattants ont été ajoutés, histoire de justifier le côté DX pour Deluxe. Pas de quoi s’emballer à ce niveau-là. Un rendez-vous chez Nintendo qui nous aura donc plutôt rassuré en ce qui concerne Mario, sans nous dévoiler de nouveautés. Le problème, c’est que Mario Odyssey débarquera sur Switch fin octobre mais qu’après cela, la fin d’année risque d’être vide pour l’éditeur japonais [Edit: il y aura Fire Emblem Warriors et Xenoblade Chronicles 2 pour la fin d’année sur Switch].