Le traditionnel rendez-vous chez Nintendo nous a surtout permis de rencontrer l’un des jeux les plus attendus. Zelda: Breath of the Wild était ainsi jouable durant deux démos d’une vingtaine de minutes chacune. De quoi nous plonger dans cet univers à part entière. 

Legend-of-Zelda-Breath-of-the-Wild-Cooking

45 minutes sur ce nouveau Zelda ont largement suffi à nous convaincre de tout son potentiel. Si les environnements des démo jouables n’étaient autre que celles montrées lors de l’E3 dernier, leur déroulement est unique à chaque partie. La première démonstration permettait de se familiariser avec les commandes et d’appréhender les nouvelles fonctionnalités liées à l’open world. L’idée consiste à pousser systématiquement le joueur à découvrir par lui-même ce qu’il peut faire sans jamais le lui montrer bêtement. On sent très clairement cette volonté de la part des développeurs de ne pas brusquer le joueur par des éléments contextuels qui viendraient briser l’immersion. Il est donc possible d’interagir naturellement avec énormément d’objets (voire tous) et ce de manière fluide, sans briser la logique derrière l’univers de Zelda. Est-ce que cette pomme que je viens de ramasser peut cuire sur ce feu que j’ai allumé ? Oui, et la nourriture n’en sera que meilleure. Ces hautes herbes prennent-elles feu ? Oui, et le vent dévastera le reste de la plaine et moi-même si je ne fais pas attention. Est-il possible de pousser cet arbre pour créer un pont entre deux falaises ? Sans problème, mon arme fera office de hache. La physique de Zelda: Breath of the Wild impressionne au plus haut point jusqu’à se demander si les développeurs ont prévu toutes les situations possibles (apparemment, oui).

L’autre démo débutait tout simplement par le commencement du jeu. Sans aucune explication, nous voilà plongés dans ce monde aux teintes verdoyantes et aux couleurs chatoyantes. Une vingtaine de minutes qui ne nous ont pas permis de comprendre les enjeux scénaristiques de ce prochain Zelda mais qui ont eu le mérite de nous donner un aperçu global du monde. Techniquement, Zelda: Breath of the Wild est extrêmement séduisant en proposant une liberté de déplacement et une qualité artistique indéniable. On se plait à vagabonder dans ces plaines emplies de magie qui respirent une nature enchanteresse. Le monde de Zelda devient ainsi un personnage à part entière et il faudra apprendre à le dompter, à le comprendre et à l’écouter. Pour plus d’aperçus, nous vous conseillons de visionner les deux vidéo de l’E3 qui vous permettront de (re)vivre exactement ce que nous avons vu.

Deux démo pour 45 minutes de bonheur, voilà comment résumer cette session chez Nintendo. Zelda: Breath of the Wild sera à n’en pas douter l’un des gros jeux de l’année prochaine tant ses promesses semblent tenues. Physiquement et techniquement impressionnant, ce nouveau Zelda n’a rien à envier aux grosses productions d’autres éditeurs. Au contraire, il semble même proposer une nouvelle manière de vivre une aventure dans un monde ouvert. Un exploit de taille pour Nintendo, plus habitué à fournir des productions critiquées sur la forme ces derniers temps.