Le village EA nous a ouvert ses portes pour nous faire découvrir ses gros titres de la fin d’année. Commençons par le plus convoité par les fans de shooters : Battlefield 1 (comptez six heures d’attente sur le stand officiel pour accéder à la démo). Tristement, nous n’avons rencontré ni Zack Effron ni Snoop Dogg dans la file d’attente, mais nous avons eu l’honneur de soupirer en direct aux mauvaises blagues de KSI.

battlefield-11

EA, peu confiant en notre capacité de joueur, nous a forcé à assister à une vidéo d’introduction dans une salle obscure; de quoi nous mettre l’eau à la bouche sans vraiment nous apprendre grand chose. La déception nous a encore frappée une fois devant nos stations de combat puisque le jeu qui s’annonçait encore plus beau que les autres jeux signés Dice nous est présenté sur Xbox One; loin, très loin du 4K et du 60fps donc. Soit, on accepte de devoir jouer à la manette et de regarder ces graphismes compromis. Il s’agit tout de même de Battlefield 1!

battlefield_1_-_la_beta_ouverte_se_date_et_se_precise-003

Malgré les manettes, on a vite repris nos marques, les fondements de la séries sont encore là: une fois notre classe choisie et personnalisée, nous n’avions plus qu’à sélectionner notre point de spawn pour démarrer l’action. DICE ne s’est pas que servi de son expérience sur Battlefield pour construire ce nouveau volet, l’interface rappelle beaucoup celle de Star Wars : Battlefront. Le moteur de destruction impressionne toujours autant, le sol se déforme pour créer des tranchées et les murs partent en miettes. Le mode « rush » dans lequel la démo s’est jouée requiert de l’équipe attaquante de détruire des points couverts par l’équipe défendante. Bien que les objectifs soient peu originaux, le level design incite les joueurs à constamment bouger et chercher des failles dans les rangs adverses pour monter des attaques dévastatrices par les flans, tout en exploitant les changements du terrain.

La dynamique des armées au front a un peu changé, en grande partie grâce aux snipers qui ne tirent plus à longue portée. Il est donc maintenant plus facile d’aller les déloger, d’autant plus que l’accès aux chevaux, le nouveau moyen de déplacement, est grandement facilité. Comme les affrontements sont maintenant en combat plus rapprochés, les attaques au corps à corps prennent une toute nouvelle importance; certaines armes peuvent être équipées de baïonnettes qui permettent essentiellement d’utiliser une attaque de mêlée pendant un sprint. L’action se retrouve donc plus concentrée sur les fronts et les percées sont plus dévastatrices.

La démonstration, malheureusement trop courte, nous donne envie d’en voir beaucoup plus. Même si on regrette de ne pas avoir pu essayer plus longuement les véhicules et les combats aériens, on y sent un certain potentiel et on ne doute pas de la qualité ou de la durée de vie du titre. Rendez-vous donc à la fin du mois pour la bêta ouverte et un peu plus tôt pour les participants au programme Insider de Dice.