S’il y a une chose que Microsoft a particulièrement bien réussi lors de sa conférence de la Gamescom, c’est la démonstration de gameplay des trois jeux qui nous avaient été promis: Quantum Break, Scalebound et Crackdown. Tous trois sortent un peu de l’ordinaire pour Microsoft, malheureusement Scalebound est le seul que nous ayons pu voir de plus près.

Le contre-coup de présenter du gameplay dans les conférences est qu’il n’y a plus grand chose d’autre à montrer en démonstration privée. Nous avons donc revu la même séquence de gameplay, mais cette fois narrée par Kamiya et sa traductrice. Voici la séquence de gameplay:

Kamiya a bien fait attention de souligner le fait que Scalebound n’est pas un jeu d’action mais un RPG, sa manière de nous faire comprendre que la lenteur relative du jeu est voulue. Effectivement, c’est bien là l’aspect le plus étonnant de Scalebound, pour un jeu AAA de Platinum Games avec un dragon, on aurait pu s’attendre à des scènes d’action intenses complètement folles. Mais non, l’écran reste toujours lisible et le héros se bat sans aide de bullet-time. Les explications supplémentaires du développeur m’ont certainement aidées à mieux comprendre le jeu et à m’y intéresser. Pendant le combat contre le grosse mante religieuse, Kamiya s’est décrit comme le « support du dragon », un concept que je ne pense pas avoir rencontré dans un jeu solo auparavant. Le joueur ne va pas vaincre les ennemis, il va aider son compagnon à les vaincre. Aussi intéressante cette mécanique soit-elle, j’espère en découvrir beaucoup plus d’ici la sortie du jeu, car pour l’instant le protagoniste s’est limité à paralyser l’ennemi pour laisser le temps à son dragon de charger une attaque dévastatrice.

Eh ouais! Connard

J’ai omis de dire que nous avons eu droit à un séquence de jeu supplémentaire, mais c’est surtout parce qu’elle était un peu inintéressante. Après le combat de boss, le démonstration a continué pendant une poignée de minutes pour présenter ce à quoi ressemblera la majorité de l’évolution dans le jeu. A la manière de beaucoup de RPG, il s’agissait d’un voyage à travers un joli environnement peuplé d’ennemis dont on dispose rapidement. Lors des combats à plus petite échelle, Platinum conseille de ne pas utiliser les habilités sur-puissantes de son compagnon, car elle détruisent aussi le loot que les ennemis transportent.

Scalebound-Game-HD-Wallpaper

Le rendez-vous s’est clôt sur un petit trailer qui démontrait plus l’aspect RPG du titre, en particulier les équipements. D’un seul coup, j’avais l’impression de regarder une vidéo de Monster Hunter. On a pu apercevoir le joueur avec une multitude de différentes armes et armures, dont une lame géante qui servait à asséner des coups très lents mais dévastateurs à des monstres faisant 10 fois la taille de son porteur. Une rapide séquence montrait un menu pour équiper son dragon, nous offrant par la même occasion une sublime vision d’un dragon en armure complète! Yeeeeeeeeeh! De quoi contrebalancer le design ridicule du héros.

Le message de Microsoft était clair. Scalebound est un RPG, n’attendez pas le prochain Bayonetta ou Vanquish de ce nouveau projet. Une petite déception quand on connait la maîtrise qu’exerce Platinum sur les jeux d’action. Ce n’est pas pour autant que Scalebound n’a rien à offrir, sa nouvelle dynamique de coopération avec l’IA mélangée à ses aspects de Monster Hunter en font tout de même un jeu sur lequel il faut garder un œil attentif.