Il est de coutume de commencer la Gamescom par arriver directement au bal des conférences. Microsoft, Sony et EA jouaient donc la carte de la présentation à la presse afin, peut-être, de soigner une image parfois en dent de scie. Mais pour réussir cet exercice périlleux, encore faut-il prendre un peu de risque. Et ce ne sont pas les quelques cris des marketeux perdus au milieu de la foule des journalistes qui auront su emballer cette première partie de Gamescom.

Microsoft

Je dois vous avouer que nous n’y avons pas assisté. Initialement prévue à 14h, nous n’avons que pu voir les jeux présentés en « Behind Closed Door » (BCD). Un moment fort sympathique qui m’a permis de retrouver les copains de SemperLudo, PointBarre et TheJoypad.ch autour d’un verre. Forza Horizon 2 semble tout de même prometteur et ravira sûrement les fans de la première heure. Quant à Halo, sachez simplement qu’on va en bouffer ces prochaines années avec l’arrivée en grandes pompes de Halo: The Master Chief Collection et Halo: Nightfall, une série tv produite pas S. Spielberg. A noter également que Microsoft a réussi à s’accaparer le prochain Tomb Raider comme exclusivité. Un coup qui devrait booster les ventes de la Xbox One dans les mois à venir mais qui ne nous a pas réjoui plus que ça.

 

Sony

C’est en bus et après 30 minutes de route que nous accédons enfin à la conférence de Sony. Il y a deux manières de prendre ce genre de conférence. La première consiste à être sérieux et à tout noter, ce que nous avons évidemment fait. La seconde étant plutôt de repérer le thème général et de se demander si nous sommes biens à la conférence Sony. Cette année, l’indépendant était le mot-clé qui a percé nos oreilles de grands consommateurs de jeux triple A que nous sommes. Un exercice difficile pour nous puisque peu habitués à entendre dans une conférence corporate que des studios indépendants de Sony sont bel et bien indépendants de Sony. Le meilleur jeu de la conférence Sony était pourtant de voir les développeurs indies lire le prompteur tout en transpirant à grosse goûte (10/10). Mais soit, faisons place aux vrais jeux puisqu’il y en a eu quelques-uns. Nous avons retenu The Tomorrow Children, une sorte de minecraft communiste dont on ne sait pas trop s’il sera bien ou pas (suspense). Rime a toujours l’air autant sublime et se trouve dans la droite lignée de Journey. Tearraway revient sur PS4 avec, le développeur nous l’a assuré, de nouvelles idées spécialement conçues pour la console de Sony. Et puis Wild, le projet de Michel Ancel et de son studio WildSheep qui, outre le fait d’avoir un nom proche du notre, ce qui est un gage de qualité, a l’air d’être un openworld différent de ce que nous connaissons actuellement. Une conférence basée sur le signe de l’indépendant et de nouveaux jeux prometteurs mais dont on aimerait voir autre chose que des cinématiques ou des extraits.

EA

EA a été surprenant. Vraiment. On n’attendait rien d’eux si ce n’est du gros boum boum avec Battlefield Hardline (qu’on a eu. Le solo a l’air d’avoir de la gueule mais ressemble étrangement à Far Cry 3). Dragon Age: Inquisition s’est dévoilé dans une longue séquence de gameplay. Il est possible de personnaliser « à mort » son personnage et même ses armes, de modéliser un personnage féminin (ce que peu d’autres studios arrivent à faire paraît-il) et d’explorer deux manières de combattre: la manière bourrine et la manière tactique. Deux styles qui, lorsqu’ils sont mélangés, montrent toute la maîtrise du studio Bioware. Ce dernier a également profité de cette conférence pour nous rappeler que SWTOR existait encore et que leur prochain jeu s’appelle Shadow Realms, un RPG qui verra s’affronter 4 joueurs face à un maître des ombres. Avec Evolve et le prochain Fable, la nouvelle tendance se dessine…. Mais EA ce n’est pas que Bioware. C’est aussi les Sims 4. Et si 20 minutes de gameplay en compagnie de Peter Moore ne vous avait pas convaincu.. eh bien ne comptez pas sur nous pour le faire. Ça suffit. Bon ça a l’air pas mal avec beaucoup de personnalisations des personnages et des maisons. Mais bon, trop c’est trop. Et sinon « FIFA 15 is the best FIFA ever made »

Que retenir de cette première journée de Gamescom du coup? Qu’il y a toujours plus de monde, toujours plus de bruits (mention spéciale à EA) et que les stands sont toujours plus gros (mention spéciale à EA), beaucoup de gameplay (mention spéciale à EA) et des jeux prometteurs. Néanmoins, on est toujours en train de se demander quelle définition ont certains lorsqu’il parle de jeux indépendants. Et ça n’est pas forcément très rassurant. Mention spéciale également à Kojima pour avoir montré les différentes utilisations de la box dans MGSV. Un grand moment de jeu vidéo.