Grâce aux nouveaux composants d’ordinateurs qui consomment toujours de moins en moins et proposent des performances de plus en plus élevées, le rêve d’un jour posséder un ordinateur gaming fin et élégant est de plus en plus proche. En attendant ce jour, les constructeurs d’ordinateur continuent de se faire les dents sur des laptops qui tentent de surfer sur ces limites tout en devant irrémédiablement faire des compromis. L’ASUS ROG GL502VS est de cette espèce. À 2200.- il se permet de jolies spécifications techniques; explorons plus loin pour voir où les compromis peuvent bien se trouver.

Le ROG GL502VS n’a rien à envier à une tour gaming traditionnelle. Son capot cache tout ce qu’on voudrait trouver dans une machine de jeu entre le moyen et le haut de gamme. Il comporte un processeur i7 6700 HQ, une carte graphique GTX 1070, et peut contenir jusqu’à 32 Go de RAM. Il suffit de regarder une carte graphique GTX 1070 pour comprendre que le fait qu’ASUS a réussi à en cacher une dans le boitier relativement fin est impressionnant. En plus de toute cette électronique de pointe, le constructeur a encore trouvé la place pour garer une suite de I/O complète: 3 ports USB 3.0, 1 USB Type C, un lecteur de carte, un mini DisplayPort et une sortie HDMI.

Nous avons tout essayé, mais le GL502VS ne bronche pas. Que ce soient des jeux mal optimisés comme PlayerUnknown’s Battlegrounds ou des bêtes de puissance comme Battlefield 1 et DOOM (2016), le résultat est toujours le même: les jeux tournent en ultra en 120FPS pour les mieux optimisés et au minimum à 50fps pour le méli-mélo de code qu’est PUBG. Et tout ceci en capturant notre image pour la streamer. Comme pour tous les formats d’ordinateurs réduits, nous étions inquiets que des problèmes de surchauffe apparaîssent après des sessions prolongées de jeu, d’autant plus que les compteurs affichaient constamment des températures variant entre 70 et 80 degrés pour le GPU. Heureusement nous n’avons rien à déclarer sur ce front, malgré de longues heures de jeu, les thermiques de la machine ont toujours réussi à dégager juste assez de chaleur pour que la température de ses entrailles ne passent pas au-delà du seuil critique qui entacherait l’expérience de jeu.

Le prix à payer pour de telles performances est bien sûr la consommation de la machine, et elle n’est pas des moindres; un coup d’œil sur la brique d’alimentation suffit pour s’en rendre compte. Il y a des ordinateurs entiers plus petits que cette brique! Utiliser cet ordinateur en déplacement devient vite un calvaire. Même à performance réduite, la batterie ne donne que 2 heures de vie avant de devoir la rebrancher sur secteur. Du coup, il faut constamment avoir la batterie à proximité du GL502VS, ce qui le limite grandement en termes de déplacements.

On oublie souvent que la qualité d’une image dépend aussi de la beauté d’un écran, et ASUS semble l’avoir oublié dans ce cas. Dans sa recherche de la performance et de l’efficacité, le constructeur a équipé la machine d’un écran G-sync à 120hz capable de rapidement afficher les images générées par la carte graphique et a moins pensé au rendu final. L’écran n’occupe pas complètement la surface du couvercle dépliant, affligeant la machine de bords disgracieux et d’une image plus petite qu’on ne l’aimerait. Nous n’avons pas non plus été bluffé par la fidélité de l’image que l’écran est capable d’émettre, disposant de couleurs peu pétante ou contrastées. (Nous testons un modèle 1080p, un modèle 4K existe).

Si nous conseillons absolument toujours de réinstaller une version propre de windows à l’achat d’un nouvel ordinateur, l’état du software intégré au ROG n’est pas déplorable et ne mettra pas de bâtons dans les roues des utilisateurs. Si nous avons volontairement ignoré la plupart de la suite de software ASUS pré-installée, nous avons tout de même clickoté dans l’application “Republic of Gamers Gaming Center” qui vient avec un bouton dédié sur le clavier, sans véritable intérêt. L’application donne un compte rendu de l’utilisation du hardware en un seul écran très stylisé, sur-stylisé même. Si les informations sont bel et bien affichées, elles sont souvent affublées d’effets “cools” qui auront aussi le désavantage de ralentir l’affichage de l’app. Nous conseillons d’utiliser des solutions mieux adaptées au besoin.

Cette machine offre largement assez de performances et de fonctionnalités pour couvrir son coût relativement élevé, mais il n’a malheureusement pas l’aspect de son pesant d’or. L’entièreté de la machine est recouverte de plastique et même si ASUS ne s’est pas trop penché dans l’esthétique “gamer” que nous apprécions peu, la clavier rétroéclairé-rouge, les haut-parleurs faiblards, les finitions angulaires et l’écran peu impressionnant donnent à l’ensemble un aspect d’ordinateur bas de gamme. Nous n’avons pas eu le temps de nous habituer au feeling du clavier pour taper du texte, mais nous pouvons rapporter que la frappe des touches est agréable, même si nous n’apprécions pas particulièrement la présence du pad numérique.

Le ROG GL502VS est un compromis entre une ordinateur de bureau et un portable. Son utilisation majeure devrait être sédentaire, et dans ces cas-ci, il remplit presque pleinement les fonctions d’un desktop. Ce n’est pas une machine que nous prendrions sur l’épaule pour aller en vadrouille, mais il serait le compagnon parfait pour une lan.